Le passif-agressif: le marshmallow qui rend dingue.

marshmallow

Le terme de passif-agressif (PA) s’applique au comportement de certains individus dont l’agressivité s’exprime par de la passivité. Il s’agirait d’un mécanisme de défense se traduisant par un comportement d’obstruction, d’inertie et de résistance passive. Une sorte d’effet marshmallow : toute empreinte est immédiatement suivie d’un retour à la forme initiale. Aucune mémoire de l’acquis, pas de mémoire de forme. Les spécialistes nous expliquent d’ailleurs que le  PA n’aurait pas plus d’empathie ni de capacité de remise en question qu’un marshmallow.

Les manifestations de la passivité-agressivité. Elles sont multiples : paresse, procrastination, peur de faire confiance voire paranoïa, manipulation des personnes voire mensonges et attitudes malhonnêtes. Le PA n’exprime pas son hostilité, il évite la compétition, il s’entête, il craint l’autorité, oublie les rendez vous ou multiplie les retards. Son comportement est source de situations chaotiques, il est intentionnellement inefficace. Il perd volontiers les objets, a toujours des excuses, rend les autres responsables de ses propres échecs et se comporte en victime. Toute demande, suggestion  ou simple conseil sont vécus comme des agressions. Il n’a aucune empathie envers autrui, oublie le respect des règles établies, ne ressent aucune culpabilité et s’avère incapable de mettre à profit les expériences passées. Il demeure évasif dès qu’on essaye d’être factuel.

L’expression de ces caractéristiques peut n’être que partielle dans une forme dégradée ou mineure. La composante paranoïaque reste significative. À l’opposé le PA peut laisser échapper quelques bouffées d’agressivité non contenue, le plus souvent à l’égard d’individus dont il sait qu’il n’a rien à craindre et dont il fait les victimes expiatoires ponctuelles de son incapacité à gérer la vraie adversité.

Passivité-agressivité et altérité. Le PA dit oui mais fait non. Son comportement est source, chez l’autre, d’exaspération, de frustration. Il vous confronte rapidement à un sentiment fort d’impuissance face à son incapacité à être factuel, à se remettre en cause et à s’adapter aux données de l’expérience. Il est volontiers dogmatique et péremptoire dans son inertie. Ses tactiques d’évitement de la confrontation ou de la compétition, vont ainsi conduire au conflit et déclencher la violence de l’autre.

Au sein d’un groupe ou d’une équipe ce comportement peut être particulièrement préjudiciable. La réalisation et la pérennisation d’objectifs collectifs relève d’une dynamique dans les projets et d’une efficience de la communication difficilement compatibles avec l’inertie générée par le PA. Il est un frein permanent à la fluidité du projet et va générer l’incompréhension puis l’exaspération et enfin la colère et la violence de ses partenaires. Ceux-ci vont alors apparaître comme les maillons faibles du dispositif. Ce risque d’effet collatéral est d’autant plus élevé que l’effet marshmallow confère au PA une apparence normale voire supranormale: calme et serein en apparence, souvent débonnaire, le bon gars. Il déteste les conflits, se plait à répéter que tout va bien, qu’il ne faut pas dramatiser: il est ainsi volontiers respecté de ses collègues et de ses supérieurs qui n’ont pas avec lui de relationnel suivi opérationnel. Car au quotidien son obstruction devient violence et persécution pour l’autre. Le persécuté, face à cette inertie rapidement insupportable, finit par réagir violemment et devient alors le persécuteur aux yeux des observateurs non avertis et non conscients de la situation locale.

La gestion de ce type d’individualité peut s’avérer extrêmement difficile. Pourtant la fréquence de ce type de comportement au sein d’un groupes où les individus PA peuvent avoir d’importantes responsabilités, une situation stratégique, voire de multiples casquettes, justifie de réfléchir à la façon de les gérer pour éviter les blocages déficitaires pour les intérêts et les projets du groupe. Un ou deux PA bien (ou mal !) placés peuvent totalement déstabiliser l’action d’un groupe ou d’une équipe.

Pour Frances Cole Jones 5 conseils sont à retenir pour mieux gérer les PA :

1) S’en tenir aux faits et rien qu’aux faits dans toute conversation. L’attitude du PA peut vous irriter. Vous ne devez pas laisser vos sentiments l’emporter sur le factuel. Collez au terrain.

2) Garder une trace documentaire. Gardez copie de tout courriel ou de tout document important. Après une rencontre avec un PA confirmer immédiatement par écrit la nature et le contenu de votre entretien, les mesures envisagées et les délais à respecter. Toute réunion d’équipe doit dès que possible faire l’objet d’un compte-rendu de séance qui doit être adressé au PA au même titre qu’à tous les membres du  groupe.

3) N’encouragez pas son comportement. Faîtes lui savoir que ses remarques désobligeantes, commérages ou propagation de rumeurs infondées sont fortement désagréables et contre-productives pour le travail fait le groupe ou l’équipe.

4) Ne laissez pas la technologie lui servir de rempart. Si son comportement négatif passe par des outils numériques, courriels ou autres, proposez immédiatement une rencontre pour régler les difficultés.

5) N’ayez pas peur de vérifier les faits. Les PA disent souvent que « tout va bien ». N’hésitez pas à engager la discussion sur le mode « Vous dites que tout va bien mais j’ai l’impression que cela cache une certaine frustration : Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous aider ? ».

Même en appliquant à la lettre tous ces conseils la gestion des PA reste particulièrement délicate. Une seule solution : le factuel rien que le factuel. Sauf à les éviter ou à les fuir,  l’essentiel est en effet de rapidement reconnaître ce type de personnalité  et de mettre en place les contre-mesures adaptées propres à assurer leur gestion au sein de l’équipe et à sauvegarder votre propre intégrité physique et mentale.

Car les marshmallow peuvent vous rendre fou. Ils vous amènent à douter de vous-même. Ils vous épuisent moralement et physiquement. Leur inertie est inversement proportionnelle à l’immense quantité d’énergie que vous dilapidez pour rétablir des situations qui dépassent votre entendement et qu’ils ont secrétées au jour le jour.

Vous être amenés progressivement à douter de vous même, de vos propres repères, du bien fondé de votre démarche, de la justesse de votre réflexion. Le PA vous amène progressivement, si vous n’y prenez pas garde, au bord de l’épuisement et du burn-out. Il peut vous discréditer aux yeux mêmes de vos proches ou de vos collaborateurs en déclenchant votre propre violence. Vous serez alors considéré comme l’irascible, le fou furieux, l’agité, l’agresseur d’un brave gars.

Il peut vous amener à la dépression réactionnelle lorsque vous aurez totalement épuisé vos batteries et vos propres ressources pour optimiser le fonctionnement d’une locomotive dont le PA s’ingénie à actionner les freins, en proie à son manque de confiance et à sa paranoïa.

Bernard Le Douarin

Créteil, mis à jour le 26 Août 2013.

12 réflexions sur “Le passif-agressif: le marshmallow qui rend dingue.

  1. Personnalité très complexe en effet ! Et l’utilisation de la victimasation comme moyen certainement inconscient de culpabiliser l’entourage est très efficace. Rien n’est dit sur l’absence ou le manque d’empathie… linterchangeabilité des personnes… je ne sais pas si ces éléments font partie du tableau clinique de ce type de personnalité ? Toutefois c’est ce que j’ai pu observer chez l’une de mes collègues. Centrée sur elle même, ses ressentis, son emploi du temps, son moi, moi, moi, je, je, je…et l’autre ?

  2. Heureuse de lire votre texte… Celui que je fréquente (et veux fuir) je le nomme « le slime », ou « le ventre mou ». Il m’en a fallu du temps, mais enfin je peux nommer son comportement, et le décrire. Merci !

  3. « pour optimiser le fonctionnement d une locomotive » d accord mais si nous nous en tenons au faits, et rien qu aux faits, je me demande 1) ou va cette locomotive 2) que transporte le train ?

  4. Je suis passif agressif. A 40 ans c’est devenu une évidence après des années à tenter de déterminer ce qui clochait chez moi. Maintenant je veux me soigner t ne plus disfonctionnel.

    • Bonjour Fred,voici un message qui me touche car venant confirmer que les informations que nous mettons sur nos blogs peuvent être très utiles en termes de prévention ou de prise de conscience d’états ou de situations parfois douloureuses ou perturbantes pour l’épanouissement des personnes tant dans leur vie privée que professionnelle. Merci de votre commentaire

  5. J’en ai connus 4 dans ma vie !
    Bizarrement ils étaient plutôt « féminins » comme style de comportement, avec un coté mystérieux, un aspect sournois, manipulateur, une réserve froide et un charme enjoleur traditionnellement attribués à la femme(« c’est la femme aux bijoux, celle qui rend fou »).Dans « Le livre de la jungle, ils auraient été Kaa le serpent. Dans le monde des légendes, la Lorolei.
    L’un deux, un collègue, a même dit : »comme femme, j’aurais pu faire carrière » (?)
    Outre cette capacité à rendre fou/folle, ils ont celle de « voler sa féminité » à une femme (j’en suis une) car la finesse, la réserve, le côté citadelle imprenable étaient longtemps des marques de féminité. Comme ils poussent les autres à s’énerver, comme on finit par se fâcher, ils gardent une apparence de calme, de supériorité : on finit par jouer le rôle actif, prise de décision, expression franche, voire colère : des comportements traditionnellements masculins.Bref on devient le « méchant ».
    Je pense que l’éducation à la politesse peut tempérer la passivité agressive car les codes sociaux obligent à certaines choses qui calment le jeu : répondre quand on vous parle, ne pas communiquer par post-it, donner son avis en réunion, etc.

  6. Enfin je viens de découvrir dans ces symptômes , les problèmes récurrents que j’ai eus avec mon mari. Menteur essentiellement et dans le déni total. Ses problèmes d’alcool n’existent pas, c’est la faute des autres. Il est très actif pour les démarches administratives,bancaires mais pour prendre la décision de déménager , il n’y a plus personne. Il est secret,prend des décisions pour ensuite accuser les autres de l’avoir poussé à ces décisions. Les premiers symptômes sont apparus des l’âge de 20 ans( 6 mois d’hospitalisation) il a peu d’amis parce qu’il ne se dévoile jamais.
    C’est une carapace dont je n’ai jamais trouvé le moyen de trouver un peu d’humanité. Ses enfants passent après sa famille d’origine avec laquelle il ne supporte aucun conflit.
    C’est un peureux qui n’a aucune ressource pour trouver en lui la joie de vivre. Il ne compte que sur les autres et en sort toujours insatisfait. Aucune relation avec sa famille et avec moi.

  7. Il faut en effet une énergie incroyable et une ressource intérieure immense pour supporter, contre-carrer ou même ne serait-ce que faire abstraction de ces comportements. Merci pour votre article. Il me semble que j’arrive ainsi à nommer mon ancien compagnon, père de mes deux enfants. Vous me redonnez de la force à un moment où je doute de mes choix (séparation effective depuis 9 mois), et perds quelque peu mon cap!

  8. Votre analyse m’a permis de valider le ressenti que j’ai eu envers ma remplaçante qui est devenue ma collègue. Au bout de 4 mois, elle a su charmer les 2 associés, obtenu des fleurs à son cdi, le salaire qu’elle espérait, une prime de fin d’année. Tout ce que je n’ai pas eu avec 4 ans et demi d’ancienneté. J’ai fait un début de burn-out détecté à temps. Elle m’empêche de mon concentrer et c’est pire depuis que nous sommes en open space. Elle fait des commérages, créé le doute et hyper paranoïaque. Fait sa petite voix gentille et obtient ce qu’elle veut. Et elle n’est pas précise dans ses conversations, et fuit le factuel. Merci pour votre article. Je saurai me protéger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s